Un nouveau calendrier pour le déploiement de la 5G en France

La France est en retard comparé à de nombreux autres pays dans le développement de la 5G.
© Tanaonte / IStock.com

La 5e génération de standard de téléphonie mobile arrivera en France plus tard que prévu. Les enchères, qui devaient se dérouler en avril 2020, ont été reportées à fin septembre, ce qui va repousser d’autant les premières offres commerciales attendues initialement avant la fin de l’année.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) annonce que les enchères relatives à la 5G se tiendront finalement entre le 20 et le 30 septembre 2020. Ce report bouscule un calendrier qui avait déjà pris du retard.

Ces enchères vont servir à attribuer des fréquences 5G aux quatre principaux opérateurs du pays (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR). Cette étape sera suivie en octobre d’une autre enchère concernant cette fois-ci le positionnement de ces fréquences dans la bande réservée à la 5G. La délivrance des autorisations d’émettre devrait être accordée au plus tard en novembre. Chaque opérateur sera ensuite libre de lancer ses offres, locales ou nationales, comme bon lui semblera. Aucune ne devrait cependant voir le jour avant 2021.

2021 devrait donc être enfin l’année de lancement de la 5G en France, même si ses débuts devraient être discrets. Le réseau reste en effet à mettre en place et comme si ce chantier n’était pas déjà assez important, la décision de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) concernant l’utilisation ou non d’infrastructures Huawei pour le développement de la 5G en France est toujours gelée. A noter aussi, côté consommateurs, que seuls quelques smartphones (haut de gamme) sont aujourd’hui compatibles 5G même si d’ici 2021 l’offre devrait être bien plus conséquente, à commencer par la prochaine génération d’iPhone.

Pour rappel, la 5G est très attendue car elle représente la promesse de débits en théorie jusqu’à 100 fois plus rapides que l’actuelle 4G et la possibilité de répondre à de nouveaux usages, comme le visionnage du streaming vidéo en très haute définition mais aussi l’utilisation massive d’objets connectés ou de la voiture connectée et autonome. 

Avec db/ajd – Relaxnews

A Propos de l'Auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *